Semaine particulièrement hardcore pour les réfugiés de France.

Photo de Zia Jaan

Semaine particulièrement hardcore pour les réfugiés de France.
À Calais, les ratonnades se généralisent : « Sur les 3 000 consultations données par Médecins sans frontière en janvier, une centaine concernait des coups et blessures », a rapporté Michel Janssens (chef de mission MSF pour Calais et Grande-Synthe).
À Paris, plus possible de rester 2 nuits d’affilée au même endroit. Après s’être faits chasser de la gare de l’Est dimanche ou ne pas avoir été « mis à l’abri » lors de l’évacuation de jeudi dernier à la Chapelle, les exilés à la rue se sont regroupés hier soir dans le terrain de basket encagé sous le métro aérien, vers Stalingrad. Des tentes se sont montées, chacun s’est efforcé de trouver des couvertures et Dominique Bordin, chargé de mission SDF à la mairie de Paris est même passé les voir avec un journaliste de M6. On pensait donc à quelque répit, voire même, oh miracle, que le nouveau centre d’accueil situé à 5 stations de métro de là allait rapidement les héberger mais voilà que dès l’aube, la police est venue les réveiller à coups de gaz lacrymo pour les disperser violemment…
On cherche des solutions urgentes (il fait froid) pour une centaine d’adultes et une trentaine de mineurs.
Merci de RÉAGIR, chacun à la place qui est la vôtre et que vous estimez juste.

Valérie Osouf

Facebooktwittergoogle_plusmail
Chargement...