Serait-ce un début de victoire? Communiqué de presse de Mme Hidalgo

Serait-ce un début de victoire?

Hier, le campement de Stalingrad que l’on surnommait « Stal 3 » a été évacué et les exilé-e-s ont pu trouver refuge pour commencer leur démarche. Nous savons que ce n’est qu’un début pour eux, mais un soulagement pour beaucoup. Nous savons aussi qu’une centaine d’exilé-e-s se sont retrouvé sur le carreau, sans qu’on leur donne une solution d’hébergement.

Et ce matin, quelle surprise lorsque je lis qu’après 30 campements ou occupations dans Paris, Madame Hidalgo, Maire de Paris, lance un appel à l’état en demandant : « N’attendons pas qu’un campement se crée pour agir » à lire ici. Après notre article moqueur du 1er Avril, Mme Hidalgo avoue donc aujourd’hui qu’il faut bien qu’un campement se crée pour que les autorité agissent! J’aurais ajouté, « campement et occupation« . Car c’est de cela qu’il s’agit. Depuis l’année dernière, sans campements ni occupations, pas d’évacuation et sans évacuation, impossible pour un exilé de commencer les démarches de demande d’asile avec un toit sur la tête. C’est donc dans les rues Parisiennes qu’un exilé fait ses premiers pas!

Depuis que le Collectif Parisien de Soutien aux Exilé-e-s existe, il revendique la création d’un véritable accueil pour les exilé-e-s et que les autorités cessent de nous obliger, des les obliger à créer un campement pour qu’ils deviennent visibles. Sachant que l’installation d’un campement ou l’occupation d’un lieu publique ne se fait pas sans douleur, sans frayeur, car nous nous trouvons constamment face aux forces de l’ordre. L’article du monde paru hier explique très bien cette situation: La multiplication des camps de migrants, devenus des outils de médiatisation.

Cependant, dans ce communiqué de presse Mme Hidalgo oublie délibérément la mobilisation des centaines de citoyens (collectif ou non) qui s’épuisent à aider en urgence les exilé-e-s sur les campements. Mais c’est grâce à ces soutiens et l’incroyable détermination des exilé-e-s que ces campements sont possibles.

Aussi, les démarches administratives ne sont pas aussi simple et rapide que semble le décrire Madame Hidalgo et la qualité des centres d’accueil est totalement inégale en région parisienne comme en province.

Le combat est loin d’être fini, mais ce communiqué confirme que nous ne lâcherons rien car nous savons que nous avons raison!

 

Facebooktwittergoogle_plusmail
Chargement...