Paris d’Exil

 

Une nouvelle association, Paris d’Exil est née, issue du CPSE :

Il y a un an et demi, la rencontre de plusieurs personnes réunies autour d’une même indignation et d’une volonté de faire a permis la création du Collectif Parisien de Soutien aux Exilé.e.s.

Le CPSE est né, s’est développé ; il a essaimé, grandi, nous nous sommes rencontré.e.s et organisé.e.s. Repas, accompagnements, hébergement, information, orientation, distributions, collectes, achats, témoignages, mobilisations et galères en tous genres, mais aussi rencontres, amitiés, moments festifs et découvertes : la première année de vie du CPSE a été riche en luttes et en réalisations, à la force du poignet. Plus de 46 000 euros ont transité par la cagnotte leetchi : autant de sous qui ont été transformés en tickets de métro, billets de train, remboursements d’hébergeurs, achats de nourriture, de chaussures et de duvets, ou encore en frais juridique et administratifs.

Quant aux heures et l’énergie que chacun.e d’entre vous y a mises, elles  n’ont pas de prix !

Le projet de Paris d’Exil s’est construit en commençant par rassembler autour de la table les coordinateurs.trices des différents pôles du CPSE, car nous vivions des choses similaires et différentes à la fois, nous ne nous réunissions que trop peu souvent, tou.te.s dans le feu de l’action perpétuelle.

      Notre préoccupation première est de garder notre action de proximité avec les terrains (hôtels, rue, centres, accompagnements divers) mais nous souhaitons désormais mettre l’accent sur la communication.

      Nous avons donc travaillé ces derniers mois à l’existence d’un projet de communication cohérent. Vous devez déjà recevoir déjà les newsletters qui sont un des volets de ce projet.

      Il y avait aussi le problème de gérer nos dons de façon plus régulière et transparente, qu’avec une cagnotte Leetchi, qu’il devenait urgent de résorber. Chaque pôle fonctionnait de façon autonome, chacun lançait des initiatives librement… c’est la beauté – et quelque part l’efficacité – d’un collectif. Mais pour porter un message politique, c’est compliqué de fonctionner comme cela : il faut de la cohésion, une ligne claire.

Voilà comment l’association Paris d’Exil est née, et elle commence enfin à comprendre comment fonctionnent ses bras et ses jambes ! 

Vous pouvez, si vous le souhaitez, nous rejoindre pour continuer le combat!

   L’existence de Paris d’Exil ne remet pas en cause celle du CPSE. L’association a un projet, une vocation ; le collectif peut continuer d’exister pour lui-même et Paris d’Exil n’en être qu’une partie.

      Le fondement reste le même : se battre pour un accueil inconditionnel des personnes exilées.

      C’est le mode de combat et le mode de fonctionnement en interne qui changent : on continue le terrain (Paris d’Exil/CPSE sans forcément de distinction nette), les accompagnements, les recours juridiques, les cours de français mineurs, etc. ; mais on y ajoute un travail de plaidoyer, d’information, de sensibilisation, d’interpellation. C’est là que se situe la vraie originalité de l’association, en relais du travail du/des collectifs.

      Nous vous convierons bientôt à une soirée de lancement !

pour discuter de tout ça, connaître vos impressions, vous inviter à nous rejoindre – ce que vous pouvez faire avant si vous le souhaitez, évidemment. 

Nous continuons à travailler à ce projet, dont on espère qu’il vous intéressera, satisfera et dans lequel vous aurez peut-être envie de vous investir !

www.parisdexil.org

Collège et équipe communication de Paris d’Exil
Aubépine, Aurore, Bahia, Espérance, Julie, Laura, Oriane et Romane

 

Facebooktwittergoogle_plusmail
Chargement...